Consolidated Fire Lake North

Consolidated Fire Lake North

Location :
Québec, Canada

Gisement Don Lake
Gisements Fire Lake North

Le projet Fire Lake North prend vie dans le bassin ferrifère de Fermont, à l’est du Québec. Il est situé à la frontière nord de la mine Fire Lake, exploitée par ArcelorMittal et à 60 km au sud de la mine Bloom Lake, récente acquisition de Champion Iron.

Les gisements de fer formés dans ce secteur se sont métamorphosés en minerais plus grossiers durant l’orogenèse de la région géologique de Grenville.

Un projet d’envergure

Des ressources totales de 3,4 milliards de tonnes, dont 1,2 milliard de tonnes (total en fosse) schématisées dans les fosses est et ouest de Fire Lake North.

Les quatre mines actuellement en exploitation dans le bassin ferrifère de Fermont fournissent la production totale de minerai de fer au Canada, estimée à 47 millions de tonnes de concentré de minerai de fer par an (2013).

Étude de faisabilité préliminaire publiée en février 2013 :

  • production moyenne de 9,3 millions de tonnes par année de concentré de minerai de fer sur toute la durée de vie de la mine, soit 19,6 ans;
  • produit à 66 % Fe de première qualité à faible teneur en aluminium, phosphore et silice;
  • haut degré de récupération du fer à 82 % grâce à un traitement conventionnel en spirale par gravité;
  • faible rapport alumine-silice, idéal pour la production de mélange dosé destiné aux aciéries.

Infrastructures

En tant que district minier ferrifère actif, la fosse du Labrador possède un ensemble d’infrastructures établies, comprenant :

  • deux lignes ferroviaires, dont une est fréquemment exploitée et permet d’atteindre le port de Sept-Îles;
  • le port de Sept-Îles, incluant un quai multiusager en eau profonde doté de deux chargeurs de navires et de deux chaînes de convoyeurs;
  • deux grandes installations hydroélectriques qui assurent l’alimentation en électricité à 0,045 $ CAD/kWh, ce qui permet une forte réduction des coûts d’exploitation.

À noter : le port de Sept-Îles donne accès aux marchés européens et asiatiques avec des distances de 5 000 km jusqu’à Rotterdam et de 22 000 km jusqu’à Tianjin, en Chine. La ligne ferroviaire qui relie le port de Sept-Îles offre des possibilités d’extension.

Société ferroviaire du Nord québécois

En octobre 2014, Champion a annoncé que le gouvernement du Québec et Exploitation Minière Lac Otelnuk Ltée (une coentreprise formée d’Adriana Resources et de Wisco International Resources Development & Investment Limited) ont formé un partenariat avec Champion pour faire avancer la faisabilité d’un lien ferroviaire multiusager vers la fosse du Labrador. Le partenariat s’appelle la « Société ferroviaire du Nord québécois » (SFNQ). L’invitation à joindre le partenariat est ouverte à toutes les sociétés minières de la région.

La SFNQ a été créée après le dépôt par le gouvernement du Québec de son budget 2014-2015. Le gouvernement du Québec a alloué un maximum de 20 millions de dollars canadiens de son Fonds du Plan Nord pour contribuer à l’étude. Parmi d’autres bénéfices sociaux et économiques d’importance, la nouvelle infrastructure ferroviaire, lorsque développée, permettra d’améliorer la capacité de l’industrie minière basée au Québec de desservir les marchés mondiaux avec des tarifs compétitifs à long terme.

Champion est depuis longtemps un ardent partisan d’une étude de faisabilité pour un rail multiusager et continue de soutenir le gouvernement et l’industrie au Québec via sa participation en tant que partenaire de l’industrie dans la SFNQ.

Étude de faisabilité préliminaire, février 2013

Points saillants

  • Taux de production de concentré de 9,3 millions de tonnes par année avec une teneur en fer de 66 %
  • Réserves prouvées et probables de 465 millions de tonnes à 32,4 % Fe
  • Dépenses d’investissement de 1,4 milliard CAD (excluant l’infrastructure ferroviaire).
  • Coûts d’exploitation $44,05 OU 34,58 $ CAD/tonne de concentré (hors coûts associés au chemin de fer)
  • VAN avant impôts de 8 % de 3,3 milliards de dollars CAD
  • Taux de rendement avant impôts de 30,9 %
  • Durée de vie de la mine de 19,6 années

Étude de préfaisabilité sur les gisements de West Pit et East Pit (Fire Lake North)

Télécharger »

Gisement Bellechasse

La propriété du lac Bellechasse est approximativement à 6 km au nord-ouest de notre projet Consolidated Fire Lake North (CFLN). Elle encaisse un pli synclinal curviligne de 10 kilomètres de longueur dont le noyau est composé d’une formation ferrifère riche en magnétite. La géométrie synforme du gisement est complémentaire aux méthodes d’exploitation à ciel ouvert, étant donné que le coefficient de recouvrement stérile/minerai serait faible.

En 2009, P&E Mining Consultants Inc. de Brampton, Ontario a publié une estimation inférée de 215 millions de tonnes à teneur en fer total de 29 %.

Il s’agit du double de l’estimation historique – basée sur les résultats des forages au diamant le long de 8 des 10 km de distance longitudinale indiquée de la formation ferrifère de la propriété. Champion Iron anticipe que les forages supplémentaires prévus augmenteront l’estimation du volume actuel de la ressource.

Ultérieurement, Champion évaluera l’aspect économique et les synergies potentielles dans l’éventualité d’inclure le projet Bellechasse dans le plan de développement du projet CFLN.

Gisement Oil Can

La propriété Oil Can se situe à environ 61 km au sud-ouest de la ville de Fermont, au Québec. Le projet comprend 81 concessions minières et couvre une surface de 3 781 hectares (37,8 km2).

On y retrouve un accès routier du projet Fire Lake North vers le sud. La route Trans-Québec-Labrador (route provinciale 389) passe à 9 km à l’ouest du projet. Les levés géophysiques aériens, effectués par Champion Iron en 2008 et en 2011, ont révélé une étendue longitudinale combinée d’environ 6 km d’anomalies de susceptibilité magnétique de 2e dérivée verticale, lesquelles coïncident avec les affleurements locaux de la formation ferrifère Sokoman, riche en magnétite-hématite.

L’historique de déformation de la région, ainsi que la répartition spatiale et le déplacement apparent des anomalies géophysiques, indiquent que la formation ferrifère occupe les noyaux de synforme résultant de poussées répétées qui ont été ensuite repliés.

Le programme d’exploration 2011 du projet Oil Can comprenait 19 trous de forage au diamant (OC11-01 à OC11-19) ciblant les anomalies de susceptibilité magnétique à approximativement 400 mètres d’espacement.

Tous les trous de forage ont croisé des intervalles impressionnants de formation de fer et les résultats préliminaires démontrent que la formation ferrifère rencontrée est principalement de la catégorie magnétite-hématite.